TRAVAIL DES ENFANTS DES ECOLES SUR LE 11 NOVEMBRE

8 décembre 2017

Qu’est-ce que ça veut dire une guerre mondiale?

Une guerre mondiale, c’est une guerre qui implique de nombreux pays dans le monde.

 

Est-ce qu’il y a eu une ou plusieurs guerres mondiales ?

Il y a eu deux guerres mondiales : la première, de 1914 à 1918 et la deuxième guerre mondiale de 1939 à 1945.

 

Pourquoi la 1ère guerre mondiale a-t-elle commencé ?

En 1914, l’Autriche-Hongrie voulait un plus grand territoire. L’Allemagne voulait aussi, comme ses voisins, des colonies. Des tensions existent alors en Europe. D’ailleurs, les pays ont créé des alliances. D’un côté le Royaume-Uni, la France et la Russie et de l’autre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie.

Un archiduc austro-hongrois et sa femme sont assassinés par un Bosniaque aidé par des Serbes. L’Autriche-Hongrie s’en sert de prétexte et déclare  la guerre à la Serbie. La Russie défend la Serbie. L’Allemagne se méfie de la Russie et lui  déclare la guerre. La France, alliée de la Russie, prépare ses troupes. L’Allemagne lui déclare alors la guerre le 3 août 1914.

 

Pourquoi était-on obligés de se battre et à quel âge ?

Les hommes, appelés par la suite des Poilus, âgés de 20 à 48 ans (ou plus jeunes s’ils étaient volontaires) étaient obligés de se battre pour défendre leur pays sous peine d’être punis.

Au bout de quelques années de conflit, 30 à 40 000 soldats ont décidé de se révolter pour protester contre cette guerre qui durait et refusaient d’être sacrifiés. 554 mutins ont été condamnés à mort.

Longtemps oubliés et déshonorés, en 1998, le Premier ministre rend leur dignité à ses soldats.

 

D’ailleurs, pourquoi les appelait-on les Poilus ?

On les appelait les Poilus car, sur le front, ils n’avaient ni le temps ni les moyens de se laver et se raser.

 

Comment étaient habillés les soldats français ?

Au début de la guerre, les soldats français avaient une veste bleue, un pantalon rouge et un képi. A partir de  1915, ils changent d’uniforme pour mieux se camoufler et se protéger. Il est maintenant entièrement bleu et les soldats portent un casque.

 

Quelles armes utilisaient-ils ?

Dans les tranchées, les hommes avaient des fusils, des grenades et du gaz mortel, appelé le gaz moutarde.

 

Comment les soldats se protégeaient-ils pendant les combats ?

Les soldats s’abritaient dans les tranchées. C’était de grands fossés profonds et les soldats avaient aussi construit des abris souterrains.

 

Y avait-il des prisonniers et combien ?

Les prisonniers de cette guerre se comptent par millions. Ils étaient emprisonnés par l’ennemi dans des camps et pouvaient servir de monnaie d’échange.

 

Que faisaient les femmes et les enfants pendant la guerre ?

Les femmes faisaient leur travail et celui des hommes partis au front (travailler la terre, garde-champêtre, ouvrières dans les usines d’armement, conductrice de tramway). Il y avait aussi beaucoup d’infirmières.

Les enfants aidaient au travail de la famille, ils allaient encore à l’école lorsque c’était possible.

 

Comment la guerre s’est-elle terminée ?

Début de l’année 1918, Les Etats-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne. En attendant l’arrivée des Américains, l’Allemagne lance plusieurs offensives. Les Alliés résistent grâce à l’arrivée d’une nouvelle arme le char d’assaut et l’aide des Américains.

Les Allemands sont obligés de capituler. Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé et l’Allemagne devra payer pour tous ces dégâts.

 

Combien de soldats sont morts ?

Il ya 9 millions d’hommes morts dans le monde dont 1 million 400 000 en France et  2 millions en Allemagne.

 

Pourquoi fait-on une cérémonie chaque année ?

Dans chaque village ou ville de France, il y a une cérémonie le jour de l’armistice, pour se souvenir des soldats qui sont morts pour défendre la France.

 

Quelques poèmes des CE2…

28 juin 2012

 

À la manière de R. Desnos :

 

La gazelle d’Israël

Aime les princesses très belles

Elle aime bien les nombres

S’il y a de l’ombre

Et elle mange des poèmes 

Qu’elle aime.

Coline

 

Le ouistiti de Zambie

Mange des spaghettis

Il fait vraiment peur

Aux maudites fleurs

De l’affreux jardin

De cet enfant qui s’appelle Robin.

Mathis C.

 

Le colibri de Russie

Mange un kiwi

Il va faire du pédalo

Puis file au dodo

Mais avant se regarde dans la glace

Puis mange une glace.

Théo

 

Le rat du Kenya

Entre dans une villa

S’empare du gibier

Et va se régaler

S’endort dans un champ de blé

Et se réveille enragé !

Lilou 

 

 

À la manière de J.-P. Schneider :

 

Saisons

 

Tu dis automne

Et déjà

Les feuilles tombent

Tu dis printemps 

Et déjà

Les arbres se couvrent de fleurs

Tu dis été

Et déjà

Ta peau a bronzé

Tu dis hiver

Et déjà

Tes pieds sont gelés

 

Bruno, Célia

 

Ecole

 

Tu dis école 

Et déjà

La rentrée approche

Tu dis cahier

Et déjà

Les feuilles sont parfaites pour écrire

Tu dis trousse 

Et déjà

Tu as tout ton matériel

Tu dis gomme

Et déjà

Elle efface tout

Tu dis récré

Et déjà 

Tu t’amuses

Tu dis vacances

Et déjà 

Tu peux te lever tard

 

Mathis,Tom, Lilou, Coline

 

 

Loisirs

 

Tu dis cinéma

Et déjà

Les projecteurs s’allument

 

Tu dis cirque 

Et déjà

Tu pleures de rire à cause du clown

 

Tu dis fête foraine

Et déjà

Tu sens la merveilleuse odeur de barbe à papa

 

Tu dis piscine

Et déjà 

Tu plonges dans l’eau

 

Tu dis bowling 

Et déjà

Tu fais un strike

Lilou, Matis T., 

Jean-Baptiste

Ecoles – La piscine

21 février 2011

 

Nous sommes allés à la piscine de Mâcon en bus pour 8 séances de natation. Malheureusement, la neige nous a empêchés d’y aller 2 fois.

En arrivant, nous allions nous changer au vestiaire puis nous allions à la douche. Nous étions une fois dans le grand bassin, une fois dans le petit. Nous avons fait du toboggan, couru sur le tapis jaune, nagé et nous sommes passés dans la cage des écureuils (il faut mettre la tête sous l’eau).

Ce que l’on a aimé

 - Le toboggan bleu

 - Mettre la tête sous l’eau

 - Nager sur le dos

 - Le grand toboggan

 - Le tapis jaune

Ce que l’on n’a pas aimé

 - Passer dans le tuyau

 - Le petit toboggan

 - Mettre la tête sous l’eau

 - La cage des écureuils

 - Le grand bassin

 

La classe de CP-CE1

L’école numérique rurale arrive au RPI Péronne / St Maurice de Satonnay

21 février 2011

 

L’école de Péronne était jusqu’à présent relativement bien équipée en informatique grâce à la commune et à Michel Ducaruge, un Péronnais que nous remercions vivement. En effet, en 2006, lors de l’installation dans les nouveaux locaux, la Mairie avait acheté
3 ordinateurs neufs et Michel Ducaruge
nous a régulièrement fourni des postes remis en état par ses soins. Cela permettait d’avoir 4 ou 5 ordinateurs dans chaque classe, même s’ils n’étaient pas « dernier cri ».

Mais il faut vivre avec son temps et depuis septembre 2010, c’est le cas pour les écoles du RPI ! Grâce à un plan de l’Education Nationale à destination des écoles rurales, le RPI a pu se doter de 8 ordinateurs portables + 1 pour les enseignants, de deux vidéoprojecteurs et de 2 tableaux numériques interactifs (TNI). L’Etat prend en charge 80% de la somme totale et les communes de Péronne et St Maurice, au travers du SIVOS, financent la somme restante. Les ordinateurs sont utilisés du CP au CM2 à Péronne et chaque école dispose d’un vidéoprojecteur et d’un TNI.
Ces nouvelles technologies permettront à terme de nouvelles pratiques pédagogiques mais pour le moment les enseignants doivent se former. La société ITD, qui a fourni le matériel, interviendra 27h (réparties sur 3 ans) dans ce but, en présence du conseiller TICE de l’Education Nationale. 

Les ordinateurs permettent aux élèves de travailler en réseau ou tous en même temps sur internet, pour des recherches par exemple. Le TNI, associé au vidéoprojecteur,  permet de nombreuses utilisations : celles d’un tableau classique (entourer, souligner, gommer) et les fonctions d’un ordinateur (copier-coller, déplacer des morceaux de texte, etc). Les enfants semblent apprécier ce matériel moderne et performant et découvrent rapidement les nouvelles fonctions auxquelles ils ont accès.